Guide et actualité voyage

Le jade, pierre de perfection

Le jade, pierre de perfection

7 Mar, 2014

Roche métamorphique rare, travaillée depuis plus de 7 000 ans, le jade (yu) a succédé à la pierre, liée au paléolithique. Au néolithique, le jade est associé au rituel. Sous les Han, sous forme de disques percés en leur centre et de plaquettes, il accompagne le défunt vers l’immortalité. Chargé d’un contenu symbolique, mystérieux et religieux, le jade possède des vertus propitiatoires, la principale étant d’empêcher lu décomposition du corps. Il a été retrouvé dans des dépôts funéraires (IIe millénaire av. J.C.), des amulettes qui bouchaient les orifices du défunt afin d’empêcher l’envol de l’âme corporelle : deux pour les yeux, deux pour le nez, deux pour les oreilles, une pour la bouche. Les musées de Nankin et de Mancheng (Hebei) possèdent un linceul de jade constitué de plaquettes cariées attachées à des fils d’or et d’argent.

Qu’il soit objet rituel (armes), parure pour l’au-delà ou carillon lithophone, le jade est une matière de perfection. Il est censé protéger celui ou celle qui le porte, sur terre et dans l’au-delà. La dureté de sa matière, l’éclat de son poli, le chatoiement de ses couleurs, le graphisme de ses veines, la lumineuse translucidité, le plaisir tactile, la sonorité cristalline lui ont conféré, à toutes les époques, une valeur supérieure à l’or, le critère de richesse de l’Occident. Nous ne pouvons nous étonner de voir naître dans le jade des formes qui ne quitteront jamais l’art chinois.

Le jade a deux origines : il est extrait de gisements en montagne (comme les monts Kunlun au Xinjiang) ou recherché sous forme de galets dans les rivières. Son façonnement a connu plusieurs phases d’évolution. Au néolithique, les galets étaient travaillés par usure, soit par ponçage, soit par percussion, on à l’aide de sables abrasifs chargés de cristaux de quartz. À l’époque Shang (1700-1100 av.J.-C.), le jade était débité par sciage, en employant des lames de bronze ou de pierre, de forets et de meules. Sous les Tang (618-907), on le ciselait avec des mèches de diamant importées d’Asie centrale, ou avec des roulettes à polir. Depuis un siècle, la fraiseuse électrique est utilisée.

Summary

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *